페이지 이미지
PDF

l'an 1 468 avant l'Ere Chrétienne, Sc il étoit encore en usage au temps d'Eu— doxe & d'Arams, qui s'y conformerenc dans leurs ouvrages, faisant passer le colure des Equinoxes par le quinzième degré de la constellation du Belier , ou par les étoiles qui forment les jambes de derriere de cet animai fur les Globes.

Je supposerai volontiers avec M» Newton jjue Chiron étoit l'Auteur de cet ancien Calendrier qui mettoit les colures au quinziéme degré des constellations ; mais en même temps je le ferai vivre dans le temps où cette opiniot* e'tou confirmée par les apparences du lever Sc du coucher des étoiles fixes , c'est-à-dire, depuis Tan 1468 jusqu'à l'an 135KÍ. Par là je me trouverai conforme à la Chronologie d'Herodote qui compte 900 ans entre le temps de fa. naissance,*& celui de la naissance d'Hercule. Ce Heros est donc né l'an 1$ 8 2. &j Chiron plus vieux que lui d'une Stromit 1. generation , estné vers l'an 1420. p«g.36o E- Clement d'Alexandrie cite les vera Stoson, fol, d,un anden poè.te Gr£c ^ qu. dans soa

Poe'me de la guerre des Geans , attri

* Hérodote étoit né l'an 482 avant J. C. ayant 3}^ ansl'an ^50, première année de la guerre du Pclo« ponese,

Vyuoît à Chiron le partage des e'toiles ea

diverses figures ou constellations. A <juoi Clement ajoûte que Hipfto fille de Chiron & femme d'itole , avoit la premiere , prédit l'avenir par le lever des étoiles, à ce que diíbit Euripides dans une Tragedie.

Rien ne reflemble mieux aux anciens Calendriers rustiques qui nous restent que ces prédictions par le lever des Astres, qui fans doute regardoient la fertilité cn la sterilité, les vents, les orages, la temperature de l'air, & tous les autres prognostics que l'on marquoit dans les Calendriers. Ainsi je ne doute point que l'on n'attribuast à Chiron le plus ancien Calendrier rustique connu dans la Grece. Je crois même que ce Passage d'Euripides peut nous servir à découvrir ce qui a donné lieu i la Fable d'yole chez les Poetes, suab. G#o% Strabon nous apprend que suivant l'o- ».P.*ipinion de Polyoe , ce Prince qui regnoit sur les Isles voisines de la Sicile , appellées jtoliennes de son nom, ayant reconnu par une longue application , que les changemens qui arrivoient dans les Volcans de ces lfles , précedoient toujours ceux qui arrivoient dans l'air , fe mit par-là en état de prédire plusieurs jours devant les vents qui devoient

souffler aux enviions de ces Isles. Le succès de ces prédictions donna occasion aux peuples demi-barbares, &aux Poetes ( qui cherchent toujours le merveilleux dont ils embellissent leurs ouvrages dans les opinions populaires) de supposer que les Dieux avoient donné à Àioìc la fur ^intendance des vents. Polybe* assure que cet usage de prédire les vents par la quantité, la couleur , la figure &c la direction de la tìame 6c de la fumée des Volcans des Isles/Eoliennes subsistoit encore de son temps , ôc se pratiquoit avec succès.

Si l'on suppose que Hippo fille de Chiron porta à son mari y-hole le Calendrier rustique de son pere, dans lequel les Saisons &c les changemens qui arrivent dans l'air , dans les vents íkc. étoient marquez comme ils le iont dans les Calendriers rustiques qui nous restent des anciens, ce sera un nouveau moyen de comprendre pourquoi les peuples regardoient ALolc comme le Roy des vents. Dans ces temps de grossicreté de d'ignorance, il ne falloir que le succès qui accompagnoitordinairement lesera* barquements faits sur ces prédictions , pour se persuader que ce Prince enchaî

» Varron cité parServius, JZn, i, yers 5í.<iisoit I* íioit les vents contraires, & ne laifloít souffler que ceux qui étoient favorables.

Nos matelots ont-ils plus de raison de s'imaginer que les Lappons & les Norveggiens ont le pouvoir de vendre le vent, & le livrent réellement í ceux qui le veulent acheter d'eux. Cette idée n'est pas encore détruite , & presque toutes nos relations des voyages Septentrionaux en font mention.

Chiron n'étoit pas le seul à qui les v!d- Vnnol. Grecs se crussent redevables de leur Af- pag.\P*i.i7i! tronomie. Promethée se vante daasAchillesIsa.£schyle d'avoir montré aux hommes nomica, c,V, à partager l'année en quatre Saisons par le lever des étoiles, & de leur avoir enseigné le mouvement & les revolutions des Astres.

Euripide attribue à Atrée,pere d'Agamennon , la découverte du mouvement propre des Flanettes, & leurs revolutions d'Occident en Orient contre l'ordre du mouvement diurne, qui emporte tous les Astres d'Orient en Occident.

Sophocle arrribue àPalamedes la division de la nuit en plusieurs parties , par la hauteur des étoiles fur l'horizon, afin que les sentinelles pussent veiller &c se reposer tour-â-tour également. Le même Poete ajoute que Palamedes montra aussi aux Pilotes à se conduire par la constellation de l'Outse , & pat le coucher de Sirius en hyver.

Atrée & Palamedes étoient peu éloignez du temps de Chiron , & s'ils ont fait quelque changement à son Calendrier , comme il y a lieu de le croire, par les témoignages que }e viens de rapporter , ce sont eux qu'il faut regarder comme les Auteurs de ce Calendrier , où les Solstices & les Equinoxes étoient marquez au douziéme degré des constellations.

L'Equinoxe du Printemps e'roit au I ie. degré d'Aries , depuis l'an 15 2 4. jusqu'à l'an 1152. c'est-à-dire, avant & après la prise de Troye , arrivée selon Herodote 800. ans avant fa naissance , vers l'an 1282 avant J. C. Agamennon étoit fils d'Atrée , & Palamed.s accompagnoit Agamennon au lîege de Troye.

Nous avons dit que le 3e. des Calendriers anterieurs à Hipparque & à la réunion des points cardinaux avec les premiersdegrez des constellations, étoic de l'an 9 64. avant l'Ere Chrétienne: car c'etoit alors que l'Equinoxe du printemps tomboit au 8e. degré d'Aries , comme il éroit marqué dans les Calendriers de Meton, suivis par Columelle. Nous ne scavons pas qui fut l'Auteiur

« 이전계속 »