페이지 이미지
PDF
ePub

CoNGjti. Abbés Commendataires ne se mêleroient plus du spirituel. Mon*!?" & qu'aprés leur mort la Congrégation auroitune entière auCa S.n ,fT torité íur ces Monastères où elle mettroit tel Supérieur que j'fTiNE*»! Don sembleroit & que les Religieux qui y feroient prose í Paboi S. sion promettroient obéissance à la Congrégation. Il en accepta quelques-uns à ces conditions ; le premier fut l'Abbaïe de sainte Marie de Florence dont un certain Nicolas Vascon étoit Abbé Commendataire. C'étoit un homme violent & emporté qui avoittoûjours les armes à la main & qui écoitàlatete de plusieurs scélérats qui étoient les compagnons de ses crimes : mais aïant été touché par les discours de Barbo dans une conversation qu'il eut avec lui, non seulement il lui donna son Abbaïe j mais il pritl'habit de l'Ordre de saint Benoît & mourut saintement dans le Monastère de Padouë.

La Congrégation augmentant toús les jours,Louis Barbo cn demanda la confirmation au Pape Martin V. l'an 1417. lorsque ce Pontife passa par Milan , à son retour du Concile de Constance, on il avoit été élu, ce qui lui fut accordé sans difficulté. La Congrégation fit ensuite de nouveaux progrès, on lui donna la célèbre Abbaïe de saint Benoît de Polirone dans le Duché de Mantoue. Les Religieux de Cluni la possedoient, & n'y vivoient pas avec plus de régularité que dans les autres Monastères. Gui de Gonzague en étoit Abbé Commendataire , il avoit souvent exhorté ces Religieux à réformer leurs mœurs corrompues 5 mais ses exhortations n'aïant eu aucun effet, il sollicita Martin V. d'unir ce Monastère à la Congrégation de sainte Justine de Padouë. L'union de cette fameuse Abbaïe lui donna beaucoup de lustre qui augmenta encore davantage par l'union qui y fut faite de la Basilique de saint Paul à Rome & de saint Georges le Majeur à Venise, de saint Sixte à Plaisance & de plusieurs autres fameux Monastères. Le nombre en étant beaucoup augmenté,on tint le premier Chapitre Général l'an 1414. dans P Abbaïe de saint Benoît de Polirone où Louis Barbo fut élu pour premier Président Général de la Congrégation, & tous les ans on tint de pareils Chapitres Généraux : ce qui fut encore approuvé par Martin V. qui accorda beaucoup de privilèges à cette Congrégation & permit de faire de nouYelies Constitutions. Eugène IV. lui accorda d'autres privilèges

[graphic]

vileges & fit des Reglemens pour les Chap itres Généraux. CongrïEnnn Louis Barboappréhendant qu'après fa mort l'Abbaïe ^"'J"1" de íainte Justine ne retombât encore en commende, sedémit Cassin, Et de cette Abbaïe en faveur de fa Congrégation dans le Cha- J^tÍntbÎ pitre Ge'néralqui se tint à Venise lan 1437. Après cette dé- P>doui. mission Loiiis Barbo voulut mener une vie privée j mais le Pape qui connoiííbit son mérite , ne voulant pas qu'une si grande lumière restât cachée dans une solitude >lui donna PEvêché de Trevise. Áprès avoir gouverné ce Diocèse pendant l'espaçe d'environ quatre ans, avec tout le zele & la vigilance d'un saint Pasteur , il mourut dans le Monastère de saint Georges le Majeur à Venise Tan 1443. & son corps fut porté à sainte Justine de Padouë comme il l'avoit ordonné.

Cette Congrégation a porté le nom de sainte Justine de Padouë jusqu'en l'an 1504. que le Monastère du MontCassin y aïant été uni après la démission qu'en fit le Cardinal de Medicis qui en étoit Abbé Commendataire , & qui fut Pape dans la fuite fous le nom de Léon X. le Pape Jules II. voulut qu'elle quittât le nom de sainte Justine pour prendre celui du Mont- Cassin qui étoit Chef de tout l'Ordre, ô£ qu'on l'appellát à l'avenir la Congrégation du Mont-Caffi» autrefois de sainteJujtine: elle a environ quatre-vingt quinze Monastères célèbres,& environ une centaine de petits de la dépendance de ces célèbres. Entre ces petits Monastères il y en a environ une trentaine où il n'y a que des Abbés Titulaires qui n'y font pas même leur résidence. Tous ces Monastères font divisés en sept Provinces qui font celles de Rome , de Naples , de Sicile, de Toscane , de Venise , de Lombardie & de Gennes. Le Monastère de Lerins en Pn>vence est aussi de cette Congrégation &. de la Province de Toscane. II y a aussi des Monastères de filles qui dépendent" de cette Congrégation. Tous les Abbés se servent d'ornerrens Pontificaux , même les Abbés Titulaires & donnent le» quatre mineurs à leurs Religieux.

Le^plus célèbre Monastère de cette Congrégation est cefuí du Mont-Bassin , dont nous avons dé|.i amplement parlé dans le Chapitre V. du cinquième Tome , & qui furpaíîe par fa magnificence tous les autres Monastères d' 1 ralie. relui de sainte Justine de Padouë peut tenir le second rang. Ií Torne FI. G g

Congri- renferme six cloîtres, plusieurs cours & jardins. L'Eglise, M Onnt-u S11*eu^ tr^S grande,est pavée de marbre noir,blanc òí rouge: Cassin, It la couverture de l'Eglile est chargée de neuf dômes. II ne se Ï"stimej» peut rien voir déplus beau que le Maître-Autel. II y a dans Padoue, cette Eglise vingt-quatre Chapelles de marbre,dont tous les desseins font differens, & l'on prétend que cette Abbaïea soixante mille ducats de revenu. Celle de saint Benoît de Polirone, à douze milles de Mantoue, est d'une vaste étendue. II y a un clos de quatre milles de tour. Les Religieux y font toujours an nombre de cent Prêtres & quarante Frères. Ils font Seigneurs spirituels & temporels de plusieurs villages , Sc Curés primitifs de trente huit Paroisses, qu'ils peuvent tenir eux-mêmes, aussi bien que celles qui dépendent des autres Monastères de cette Congrégation , en vertu des privilèges qui lui ont été accordés par les souverains Pontifes. Cette même Abbaïe de saint Benoît possède autant de terres que trois mille paires de bœufs en peuvent labourer. Celui de saint Severin de Naples est aussi très magnifique. U y a trois beaux cloîtres, dont l'un est orné de peintures exquises à fresque, & un autre est de marbre blanc de Carare, à colonnes d'ordre Dorique. Le Dortoir répond à cette magnificence. L'Eglise est aussi très belle. Le Maître-Autel est Isolé , entouré d'une balustrade de marbre. Le pavé du Chœur est aussi de marbre j les stalles des Religieux qui font de bois de noïer à feuillages, & tournés chacun d'une manière différente, ont couté seize mille écus. Nous avons déja parlé du Monastère de Cave , & de quelques autres qui ont été unis à cette Congrégation , aussi-bien que l'Eglise de Montréal en Sicile,où les .Religieux de cette Congrégation íiennent lieu de Chanoines,

Leurs Constitutions furent de nouveau approuvées par le Pape Urbain V111. Pan 1641. Conformément à ces Constitutions,^ ne doivent point manger de viande au Réfectoire* mais les Supérieurs en peuvent manger avec les Hôtes de la Congrégation & les Anciens,& les Prêtres de la Maison dans la chambre de l'Abbé: ils en peuvent austì manger en voïage & hors le Monastère avec permission. II y a néanmoins quelques Monastères où. on en mange trois fois la semaine.comme dans ceux de saint Paul à Kome, sainte Marie de Farfe, faiiic Nicolas du Lidx> à Venise, ôc dans celui d'Ast,à cause

« 이전계속 »