페이지 이미지
PDF
ePub

te donne la témerité, lui dit-il, d'être en cette posture dans un lieu où tes pareils ne doivent être qu'à genoux. Dom Alvare, in digné de s'entendre parler de la forte, se relevant avec un courroux qui parut dans ses yeux : Ce n'est

pas

à toi, lui répondit-il, que j'en veux rendre compte, & mes pareils font plus libres chez. les Rois que des hommes tels

que toi.

Infulent, lui dit Abenamard en tirant son sabre, ta vie me répondra de ton peu de respect. Dom Alvare auroit sans doute péri dans cette occasion, fi fon bonheur n'eût fait passer un Gar: de du Palais assez près de lui pour lui arracher son cimeterre. Il ne s'en fut pas plûtôt faisi, qu'il fit voir au Prince de Fez que son babit d'esclave cachoit un Heros: redoutable.

ز

· Le garde se voyant désarmé, courut chercher ses compagnons pour arrêter Joraé; mais ce vaillant captif jugeant bien qu'il étoit perdu, de quelque façon que la chose tournât , voulut du moins avoir la consolation de délivrer Félime de l'objet de fa haine , & la gloire de vaincre son rival, Cette pensée redoubla si bien sa valeur naturelle, que parant tous les coups d’Abenamard , & lui en portant d'un bras que l'amour & la colere conduiloient, il le fic bien-tôt tomber & expirer à ses pieds.

Mais à peine eut-il vaincu, qu'il se vit entourer d'une foule de Gardes dont toute sa valeur ne le put garantir. Il fut pris & conduit à l'instant aux Tours vermeilles, séjour ordinaire de ceux que

l'on traite en Criminels de Leze Majesté. Comme il falloit

traverser la Place de l'Alembre, le bruit & les cris du peuple en pareilles occasions donnerent de la curiosité à la Princesse de Grenade, qui étoit dans l'appartement de la Reine. Elle entra sur un balcon qui donnoit sur cette place. Quel funeste spectacle pour une tendre Amante , elle recon. nut Joraé; & fe doutant d'une partie de son malheur, elle fit un cri douloureux & tomba évanoüie dans les bras d'Hesperence de Hita qui l'avoit suivi. On l'emporta promptement dans le cabinet de la Reine , qui employa long-tems tous ses soins à la faire. revenir sans y pouvoir réussir : enfin elle ouvrit les yeux, & les tournant languissamment autour d'elle, & les arrêtant sur la Reine: Ah ! Madame, lui dit-elle, le malheureux Joraé va sans doute mourir.

L'abondance de ses larmes l'empêchant de continuer, il n'en falluć pas davantage pour faire craindre la Reine. Elle ordonna que l'on cherchất Zéluma, & qu'on le fît venir à l'instant. Ce Prince ayant parcouru le bois inutilement, s'en revenoit au Palais, chagrin de n'avoir pû trouver Dom Alvare , lorsqu'une esclave de la Reine l'ayant apperçu, courut à lui : Seigneur, lui dit-elle, on vous cherche par tout, la Reine vous demande, courez à fon appartement. Zéluma sentit à ces mots un saisissement qui lui fic apprehenderquelques fâcheuses nouvelles; il entra chez la Reine dans le moment que la Princesse de Grenade tomboit une seconde fois en foiblesse : Ah Zéluma ! lui dit Almahide aulli-tôt qu'elle l'eur apperçu, venez nous aider à rap

ز

[ocr errors]

peller Félime au jour. Zéluma s'en approcha ; & cette Princeslé ayant repris ses sens quelque tems après, & regardant le Prince son frere avec des yeux où la mort fembloit vouloir regner: Courez à Dom Alvare, lui dit-elle, on le conduit à la mort ; je l'ai vû couvert de fang entouré des Gardes du Palais, &je ne puis douter de:

fa perte.

Comme elle achevoit ces mots, an Officier de la Reine entra pour l'instruire de la mort d'Abe. namard, & que l'on conduisoit celui qui l'avoit cué aux Tours vermeilles. O Ciel! s'écria Zélu.. ma ; & sans vouloir en sçavoir davantage, il courut à la place de P'Alembre le peuple raisonnoit encore sur cette avanture & plaignoit l'esclave dont l'air & la bonne mine l'ayoient charmé.. Zéluma,lans s'amuser à leurs dife

« 이전계속 »