페이지 이미지
PDF
ePub

quis'arrête à des choses palpables fait souvent mieux discerner le vrai dui faux, que toutesles speculations de l'école.

Quoique j'aye proposé de bannir les tentes de toutes sortes de playes , & que j'aye regardé cet expedient comme le remede le plus universel que je sçusse avoir été employé pources maux,la raifon naturelle que tout ce qui empêche ou qui detourne le cours ordinaire de quelque liqueur dans le corps,produit immancablement un épanchement ou un embarras & que tout ce qui irrite & qui eause de la douleur,est necessairemét fuivi d'une inflammation ou d'une alteration plus ou moins grande selon la delicatesse & la sensibilité des sujets; & que ces accidents sont inseparables de l'usage

ainsi que je le prouve fuffisamment dans ce livre.cepen. danton ne nie pas qu'il ne fe puis. se trouver quelque medicament

des tentes,

encore plus general qui convienne aux playes de quelque nature qu'elles soient : il faudroit seulement pour cela qu'il fut capable de s'oppofer à l'extravasion fans faire d'obstructions, de maniere que les humeurs pusfent circuler ailement dans les vaisseaux qui resteroient, &

que

les fibres d'autour de l'ulceres entretinssent dans la vigueur & dans la direction que la complexion naturelle des parties fluides & solides tend à leur donner pour reparer ou pour fortifier celles qui ont été détruites ou affoiblies.

M. Albert Medecin Anglois, paroit persuadé dans son traité de l'or potable , qu'il se peut composer une Medecine universelle pour gue rir generalement toutes les maladies, & avec laquelle on purgera, on fera vomir & fuer, on appaifera les douleurs, on procurera lesomeil , & on operera plusieurs autres bons effets qui contribue

ront à l'entier rerablissement des malades.

Cette opinion qui a été soûtemue parRaimondLulle & parquelques autres hermetiques, me lenble d'autant plus probable , que je me sers d'un meme remede

pour plusieurs maux differents , ayant gueri par son moyenbeaucoup de veroles, d'écrouelles,de Iquiries, des dartres vives, de vieilles galles,des cancers naitians , des gouctes:des vieux ulceres, & de femblables maux rebelles à tout autre medicament parce qu'ils praviennent tous de coagulation & d'obftru&ion, & que le remede dont je parle est un des plus puiilans diffolvansqu'on puisse trouver.

Mais en attendant que de plus profondes recherches ayent decouvert ce moyen universel, 'ilest possible de reparer toutes sortes de dereglemens qui peuvent survenir dans nos corps, nous devons nous servir des medicamerts dont la

Providence nous a bien voulu

gra tifier, & dont on trouvera dans une perite Pharmacie mise à la fin de ce traité, les compositions qui m'ont paru les plus efficaces contre les maux qui font le fujer le plus ordinaire de la Chirurgie,

J'ai fait cette addition dans l'efperance qu'avec le secours de ces differens remedes, & de quelques autres que j'ai marqué en divers endroits de ce livre, l'on réüslira mieux qu'on n'a encore fait dans le pansement des maladies, pourvů

que l'on s'y conduise fuivant les preceptes de pratiques propofez dans cet ouvrage , ou j'ai aussi inseré de nouveau,plufieurs confiderations physiologiques pour appuyer mes premiers raisonnemens, & pour montrer que ma methode s'accorde avec la theorie la plus exacte:

« 이전계속 »