페이지 이미지
PDF
ePub

U N Cavalier François , qui l'année passée our l'honneur d'accompagner Mer le Cardinal de Rohan dans son voyage à Rome, en se fatisfaisant dans cette Ville sur le goûr. naturel qu'il a pour les Arts , par la fréquentation de toutes les personqui y excellent en quelque genre que ce soit, lia connoissance avec lé R. P. Bonanni , Jésuite , fi connu par tant d'ouvrages curieux qu'il a mis au jour, fur l'histoire des coquillages, sur la structure des parties des insectes, observées par le moyene du microscope ; sur l'histoire des Papes , prouvée par médailles & par monumens d'architecture , & fup les accroissemens du cabinet des Jéfuites de Rome, depuis la description qu'en avoit publiée le P. Kirker. Dans ce temps-là même, il paroissoit uix petic Traité du premier de ces Auteurs , touchanc les Vernisi de la dir

வந்து

versité desquels il fait un examen pour parvenir à la parfaite connoiflance de celui de la Chine, ou d'un qui pût lui ressembler en toutes ses qualités : & comme la matière parut être au voyageur curieux, une chose également intéressante pour la France, comme pour l'Italie , il s'imagina que ce seroit rendre un service à ses compatriotes amateurs des Arts, ou engagés dans des profesfions où l'on fait usage des Vernis, que de leur traduire en françois ce quele R.P. Bonannien a écrit en Italien, fous le titre de Trattato fopra la Vernice detta communemente Cinese, in Roma per Georgio Placho, in-8... pag. 142.. La facilité de consulter l'Auteur sur des noms de drogues & desquels il étoit d'autant plus à propos de convenir , & de bouche, & par leur démonstration même, que les meilleurs dictionnaires Italiens, n'en parlent pas, ou s'en expliquent, mal, pour nous les rendre intelligibles étoit d'une grande conséquence

pour cette traduction ; mais encore plus la vue des expériences, capable seule de faire distinguer cet ou

vrage, du nombre infini que nous , - avons de ceux qui contiennent des

secrets qu'ils disent chacun être le e: véritable dans ce genre.

Si la présomption touchant certe connoissance doit donc être pour E quelqu'un , il est certain que ce sera o en faveur de ceux qui ont plus d'haEs, bitude à la Chine, que qui que ce soit ä aatre; & à qui a-t-il été plus permis -> dy examiner de près, tout ce qui

concerne les Arts, qu'aux RR. PP. ;; Jésuites qui y ont des établissemens?

& à qui parmi eux, doit-on avoir 1 plus de foi sur cette matière , qu'au j, R. P. Bonanni, qui se trouve à portée Du devoir un des premiers, les relations s originales de lears missionnaires, & id qui a tant donné de preuves de son is discernement en fait d'histoire nail túrelle ? Ces titres fuffisent pour pré;- venir en faveur de l'excellence de 2 l'original, & du mérite de la traduction.

di uz

« 이전계속 »